Bac : le grand oral se dévoile

Jeudi, 13 Février, 2020

Non contents d’essuyer les plâtres des E3C (épreuves communes de contrôle continu) en première, les candidats au bac 2021 devront affronter une autre innovation : le « grand oral », qu’ils passeront en fin de terminale, avec les deux épreuves écrites de spécialité et celle de philosophie. De coefficient 10 pour le bac général et 14 pour le bac technologique, il s’agira d’un oral avec vingt minutes de préparation, cinq minutes de présentation sans notes – et debout – sur une question préparée pendant l’année et portant sur une des deux spécialités, dix minutes de discussion avec le jury et enfin cinq minutes au cours desquelles l’élève devra développer le lien entre la question préparée et son projet personnel. Réagissant à la parution, le 13 février, de l’arrêté instituant cette nouvelle épreuve, Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du Snes-FSU, a estimé que cette épreuve « accentue les inégalités ». Aucun dispositif particulier n’est prévu pour préparer les élèves à cette nouvelle épreuve et, compte tenu de la baisse globale des heures d’enseignement dans les lycées, il sera difficile aux établissements de prendre l’initiative d’en proposer. Mais qu’on se rassure : « Cette épreuve n’est pas conçue pour faire échouer les élèves », affirme Jean-Michel Blanquer, qu’on est donc censé croire.

×