-
-
Mercredi, 25 Mars, 2020

Clarisse Crémer : « Se mettre dans le rythme de cette nouvelle vie »

Continuer à faire du sport, être soutenu par des coachs : une priorité pour retourner naviguer dès que possible.
 

Clarisse Crémer Navigatrice, skippeuse du monocoque Banque Populaire X

«Je suis des cours avec une coach sportive via Skype. Je reçois aussi des vidéos de cessions d’entraînements. Les exercices sont appropriés à mon physique et à mes objectifs. Les monocoques 60 pieds Imoca sont des bateaux très physiques, on est amené à faire des manœuvres très dures subitement à bord alors que l’on fait la sieste, que le corps est froid. On peut se blesser aux épaules, au dos. J’essaye donc de me prémunir. Je dois être capable par exemple de sortir une voile de 60 kilos depuis l’intérieur du bateau… Ces monocoques vont vite, en mer, on vit dans un monde instable et l’équilibre est sollicité en permanence, les chocs peuvent être violents. Il faut une masse musculaire adaptée. Chez moi, je fais du développé-couché avec des haltères, des fentes, des squats… J’ai des haltères pour pratiquer certains exercices et parfois je fais avec les moyens du bord. Comme je n’ai pas de banc de musculation, je le remplace par une caisse en bois. Je m’astreins à une séance d’une heure par jour de musculation, six jours sur sept. Avant, j’allais trois fois par semaine dans une salle de musculation, donc ça change… Pour faire travailler mon cœur et l’endurance, j’ai un rameur et je fais des petits footings avec mon chien à proximité de chez moi, dans la rade de Lorient. L’idée, c’est de continuer à faire du sport, ne pas perdre la masse musculaire que j’ai prise ces derniers mois. S’arrêter quatre semaines ou plus ne serait pas bon. Je ne veux pas devoir récupérer cette perte physique en mai au lieu d’aller naviguer, ce qui sera ma priorité. Je suis des séances de yoga collectives en ligne. Il m’a fallu un peu de temps pour me mettre dans le rythme de cette nouvelle vie. Je mets à profit ce temps pour me perfectionner en météo. Je fais des exercices à distance avec le routeur Christian Dumard en prévision du Vendée Globe. The Transat, qui doit partir le 10 mai de Brest à destination de Charleston aux États-Unis, est maintenue avec une course retour (la New York-Vendée) mi-juin. J’espère qu’elles ne seront pas annulées car ces deux transats en solitaire doivent me servir pour préparer au mieux le Vendée Globe qui s’élance début novembre. »

×