Mercredi, 25 Mars, 2020

Italie Grèves dans les secteurs non essentiels

« Le premier ministre peut arrêter la grève. Ne tuons pas le futur »,

« Le premier ministre peut arrêter la grève. Ne tuons pas le futur », a imploré, hier, Maurizio Landini, secrétaire de la CGIL, la première centrale italienne. Dans plusieurs usines du pays, l’ensemble des métallurgistes se sont mis en grève vendredi 20 mars pour exiger de pouvoir se confiner. Samedi, le président du Conseil, Giuseppe Conte, avait annoncé la fermeture de toutes les activités non essentielles, conformément à un protocole discuté avec tous les syndicats. Finalement, et suite aux pressions du patronat de la Confindustria, il n’en est rien. Le décret du premier ministre, publié dimanche, ne correspond pas à ce qui a été discuté avec les représentants des salariés. Les organisations syndicales de la métallurgie, principalement la Fiom-CGIL, mais également la Fim-CISL et l’Uilm-UIL, prendront ne série d’initiatives dans les entreprises, parfois sous la forme de grèves, d’aujourd’hui jusqu’à dimanche. G. D. S.

×