Jeudi, gare de l’Est à Paris, vote de la reconduction de la grève contre la réforme des retraites. J. Jaulin/Hans Lucas
Jeudi, gare de l’Est à Paris, vote de la reconduction de la grève contre la réforme des retraites. J. Jaulin/Hans Lucas
Vendredi, 3 Janvier, 2020

À la SNCF, les grévistes préparent la suite

Les cheminots se sont réunis en assemblée générale, jeudi matin, au bout du quai n° 2 de la gare de l’Est. S’ils ont reconduit la grève jusqu’au lendemain à l’unanimité, la rentrée était au centre des discussions.

« Q ui aurait parié que l’on serait encore là le 2 janvier ? » C’est sur ces mots que Basile Pot, syndiqué à SUD rail, ouvre l’assemblée générale. « La grève tient bien, il n’y a pas d’AG qui ne l’ait reconduite depuis le 5 décembre, poursuit-il, grâce à nous il n’y a pas eu de trêve. » Maintenant que la période clé des vacances scolaires touche à sa fin, il est temps de penser à la suite.

« La semaine prochaine va être un moment charnière », prévient Patrick Belhadj, secrétaire général de la CGT cheminots de Paris-Est. « Il ne faut pas que le 9 janvier soit un baroud d’honneur ! » insiste-t-il. Patrick Belhadj enjoint ses collègues à être présents sur le terrain dans les jours qui arrivent. « Il faut être en AG et dans les manifs ! Il y en a une ce samedi au départ de la gare de Lyon et dès lundi, on remobilise ! »

Les cheminots de la gare de l’Est prévoient plusieurs actions pour élargir le mouvement de grève : une opération « péage gratuit » ce dimanche et, surtout, des échanges avec des salariés du secteur privé. Pour cela, plusieurs d’entre eux se sont, par exemple, donné rendez-vous ce lundi à 7 h 30 du matin à la gare de Pantin pour discuter avec les salariés de la BNP avant leur embauche.

En ce début d’année, Didier Macé, secrétaire de l’union régionale FO cheminots de Paris-Est, tient également à évoquer la privatisation de son entreprise : « Depuis le 1er janvier, la SNCF n’est plus… À la place, cinq sociétés anonymes ont été créées, comprenant chacune leur règlement intérieur qu’il va falloir mettre sur pied. Pour l’instant, la direction refuse d’organiser des réunions sur ce sujet tant que le conflit des retraites n’est pas passé. Il faut tout de même être vigilant car ils pourraient nous enlever le droit de nous réunir, de diffuser des tracts o u encore ouvrir nos casiers sans notre autorisation. »

« Pour certains, la fiche de paie sera proche de zéro, fin janvier »

La détermination des cheminots force le respect en ce 29e jour de grève. « Pour certains, la fiche de paie sera proche de zéro, fin janvier », assure Patrick. Pour limiter la casse, plusieurs caisses de grève se sont mises en place, même si « elles ne suffiront pas à compenser les pertes », selon Basile. Celle de la CGT Info’com a dépassé le million et demi d’euros, le 1er janvier. En guise de coup de pouce, des « bons repas » de la part du Comité des activités sociales et culturelles interentreprises (Casi, ex-CE) sont également remis aux grévistes. Pour 1 euro, ils leur permettent de bénéficier d’un repas complet « entrée-plat-dessert ».

La promotion de Jean-François Cirelli, président de la branche française du fonds de pension BlackRock, au rang d’officier de la Légion d’honneur est perçue comme « un crachat à la gueule » par les grévistes. Loin de « l’apaisement » souhaité par l’exécutif, ce geste est, selon eux, « révélateur du projet de société que représente cette réforme, où la solidarité est remplacée par l’individualisme ». Tout en rappelant leur attachement « aux services publics, à la Sécurité sociale et à l’assurance-chômage », les grévistes esquissent des pistes de réflexion pour financer les retraites : « Avec ce qui part dans les paradis fiscaux ou le CAC 40, qui a bondi de 28 % en 2019, que l’on ne vienne pas nous dire qu’il n’y a pas d’argent ! »

Guillaume Pavis
×