Vendredi, 31 Janvier, 2020

Le bloc-notes de Jean-Emmanuel Ducoin Conscience(s)

La réforme et le déterminisme social…

Risque Réfléchissons bien. « Tout malheur national appelle d’abord un examen de conscience », écrivait Marc Bloch, torturé puis massacré par la Gestapo en 1944. Pourquoi le bloc-noteur songe-t-il au grand historien ? Parce que les circonstances du moment réclament aussi un examen d’« émotion », qui soit à la mesure de l’enjeu de civilisation actuel symbolisé par le combat contre la réforme des retraites, exemple emblématique du mode s’opérant à vue dans la vieille Europe : un changement de régime affectif… donc politique. Disons, une modification d’attitude intérieure envers la politique, comme si l’entreprise de conquête des mandats électifs – Mac Macron avec « l’Entreprise France » – tendait à recruter des technocrates de surface dont l’agir et le dire ne mordent plus en profondeur, et donc, par « légèreté » ou « habileté », s’attaquent précisément aux ferments racinaires eux-mêmes de la République. Mac Macron en est l’incarnation. S’il sous-estime la difficulté de vouloir braver l’opinion dans une démocratie d’opinion – péché sans doute mortel –, le cas en question nous interroge sur l’imposture de la posture, lui qui représente un peuple et non un public, des citoyens et non des clients. À en croire les indiscrétions de palais, le risque de la « réforme de trop » fut sérieusement évalué. L’ampleur de l’exercice devait devenir le « marqueur » définitif de l’ambition transformatrice de Mac Macron. Et c’est en toute « conscience », visiblement, qu’il prit le risque de dévitaliser un peu plus sa verticalité théorisée, tout en accentuant le décalage entre sa personne et la masse de la population. Soyons simple : comment un « président des riches » peut-il être crédible quand il parle d’« égalité » et d’« universalisme » ?

Valeurs Puisque les attaques contre le projet de loi viennent parfois d’où on ne les attend pas, il fallait découvrir, cette semaine, l’étonnante tribune de Marc Le Fur et Xavier Patier, publiée dans le Figaro. Le premier est député LR, l’autre ancien collaborateur de Jacques Chirac. Leur pedigree en témoigne, c’est donc au nom de leurs valeurs de droite et du principe que l’ascenseur social, l’effort et bien sûr le mérite restent une donnée essentielle de notre République, qu’ils dénoncent le système par points. On en pense ce qu’on veut, mais tout de même, lisez plutôt ceci : « Il y a autre chose que la méthode, écrivent-ils. Un système de retraite, c’est une vision de la vie (…). Un mécanisme de retraite récapitule implicitement, plus encore que les lois dites “sociétales”, le sens qu’une nation donne à l’existence humaine. » Et ils ajoutent : « Que dit notre système actuel ? Au-delà de la diversité des régimes, il repose sur l’idée que chacun peut conjurer le sort et s’élever. Que ce soit en prenant le compte des 25 meilleures années de cotisation comme dans le privé, ou des 6 derniers mois chez les fonctionnaires, l’inspiration fondatrice est que chacun peut dépasser le déterminisme dont il est issu. Tous ne naissent pas avec les même s chances, mais tous ont droit à un avenir. Voilà ce qui fonde notre système. » La réforme par points prend en compte, en effet, la totalité de la carrière professionnelle. Résumons : dans le système actuel, un ouvrier devenu cadre perçoit une pension calculée sur ses 25 meilleures années, de la même façon que celui qui sort d’une grande école. Idem entre un professeur devenu recteur et un agrégé ou un normalien. Et nos deux auteurs s’en indignent par des mots que le bloc-noteur ne renierait pas : « Désormais, le retraité sera irrémédiablement rattrapé par la façon dont il est entré dans la vie professionnelle. Le mérite qu’il aura acquis au fur et à mesure de celle-ci ne pèsera plus grand-chose. On lui rappellera, lors de son départ en retraite, qu’il a commencé son métier au bas de l’échelle. Il ne pourra pas prétendre à la même pension que ceux qui ont commencé plus haut que lui : tu as commencé ta carrière modestement, on ne l’oublie pas. » ​​​​​​​Philosophiquement et politiquement, l’argument s’avère imparable. Il n’était pas vain de se l’approprier. En toute conscience.

×