La fameuse « commission spéciale », qui vient de clôturer ses travaux, a mis à nu le mensonge du gouvernement sur la prétendue « règle d’or » sur la valeur du point, en révélant qu’elle ne serait pas indexée sur les salaires comme promis mais sur un autre indice de revenus, inconnu au bataillon.. Bruno Levy/Divergence Images
La fameuse « commission spéciale », qui vient de clôturer ses travaux, a mis à nu le mensonge du gouvernement sur la prétendue « règle d’or » sur la valeur du point, en révélant qu’elle ne serait pas indexée sur les salaires comme promis mais sur un autre indice de revenus, inconnu au bataillon.. Bruno Levy/Divergence Images

L'éditorial de Sébastien Crépel. Supercherie

Vendredi, 14 Février, 2020

Dans un système de retraite par points, ce qui compte, par définition, c’est le nombre de points que l’on acquiert durant une vie de travail et leur valeur au moment de les transformer en pension. Les saisonniers des remontées mécaniques en grève ont raison d’être inquiets. Non seulement leurs revenus d’activité vont fondre avec la réforme calamiteuse de l’assurance-chômage, mais ils seront doublement pénalisés par le calcul de leur retraite sur les revenus de toute la carrière, périodes de chômage comprises.

Leur mouvement renvoie à la question fondamentale à laquelle les concepteurs de la réforme s’avèrent strictement incapables de répondre depuis le début : à quel âge et avec quelle pension chacun pourra-t-il partir à la retraite dans le futur système ? Le silence gêné auquel se heurte cette simple interpellation explique l’irréductible opposition au projet du pouvoir dans le pays. Les derniers développements sur le calcul envisagé de la « valeur du point », qui stupéfient jusqu’aux députés LaREM, ne peuvent qu’approfondir le rejet de la réforme (56 %) mesuré par notre récent sondage Ifop, et la volonté massivement exprimée des Français (67 %) de reprendre la main par un référendum.

La fameuse « commission spéciale », qui vient de clôturer ses travaux, a mis à nu le mensonge du gouvernement sur la prétendue « règle d’or » sur la valeur du point, en révélant qu’elle ne serait pas indexée sur les salaires comme promis mais sur un autre indice de revenus, inconnu au bataillon. Le sujet est tout sauf technique. Économiste proche d’Emmanuel Macron, Antoine Bozio estimait, il y a peu, qu’une revalorisation, même temporaire, du point selon l’inflation plutôt que les salaires constituerait la principale cause d’une baisse de la « dépense de retraite » d’ici à 2050. C’était avant la découverte de la supercherie. On sait désormais ce qu’il en est des engagements du gouvernement. Le retrait du projet, ou un référendum sur celui-ci, peut seul remettre les pendules à l’heure.

Par Sébastien Crépel
×