Jeudi, 12 Mars, 2020

Bordeaux Vers un second tour inédit ?

 

Ce pourrait être un moment historique : un second tour aux élections municipales se prépare dans la capitale girondine, où la droite est indéboulonnable depuis la Libération. Selon plusieurs enquêtes, le successeur d’Alain Juppé, Nicolas Florian (LR), conserve sa première place au premier tour, mais sans majorité absolue. L’actuel maire sortant est suivi de près par la tête de liste Pierre Hurmic (EELV), très haut dans les intentions de vote depuis le début de la campagne. Sa liste de rassemblement de la gauche (EELV, PCF, PS, Place publique et Nouvelle donne) pourrait bien imposer un second tour corsé à la droite et peut-être faire basculer la mairie.

Loin derrière, on retrouve l’énarque Thomas Cazenave, soutenu par le chef de l’État, qui représente le parti présidentiel dans une ville où l’électorat a voté au second tour, en 2017, à 85,92 % pour Emmanuel Macron, et a placé en tête la liste LaREM aux européennes de 2019 (29,47 %), devant EELV (21,5 %). Mais la campagne du marcheur n’imprime pas à Bordeaux. Une enquête BVA pour Europe 1, publiée le 20 février, a suscité un vent de panique dans l’équipe macroniste : Thomas Cazenave y est crédité de 11 % des intentions de vote, talonné de près par la liste de Philippe Poutou, « Bordeaux en luttes » (qui fédère des militants NPA, FI et des gilets jaunes), à 12 %. Se dessine ainsi au second tour une quadrangulaire inédite. Pour l’heure, l’ex-candidat NPA à la dernière présidentielle refuse de s’allier avec l’écologiste. Quant au macroniste Thomas Cazenave, il promet d’aller « jusqu’au bout » de sa campagne. Quitte à infliger une défaite cinglante au parti présidentiel. L. R.

×