Dimanche, deux nouveaux trains sanitaires médicalisés ont été mobilisés pour transférer des Franciliens contaminés par le Covid-19 vers la Bretagne. D. Ademas/Photo PQR/Ouest-France/MaxPPP
Dimanche, deux nouveaux trains sanitaires médicalisés ont été mobilisés pour transférer des Franciliens contaminés par le Covid-19 vers la Bretagne. D. Ademas/Photo PQR/Ouest-France/MaxPPP
Mercredi, 8 Avril, 2020

Les sauveteurs en mer à la rescousse des soignants

Tous bénévoles, ces professionnels du secours se sont vite mobilisés, partout en France, pour prêter main-forte aux soignants et assister leurs concitoyens.

Depuis le début de la pandémie, les membres de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) ont troqué leurs célèbres gilets rouges contre des blouses et des masques. Évacuations sanitaires, renfort dans les centres médicaux et hospitaliers, livraisons de médicaments et de nourriture aux plus fragiles… Ils se portent volontaires partout où c’est nécessaire. « Aider les gens, c’est dans notre ADN », explique Bruno Claquin, président de la station SNSM d’Audierne (Finistère). Lundi après-midi, il assurait l’accueil au centre Covid de Plouhinec, où les malades présentant des symptômes suspects peuvent se faire dépister sur demande de leur médecin. Dans le même temps, à Saint-Malo, 16 secouristes SNSM d’Ille-et-Vilaine se relaient par équipes de cinq depuis la mise en place, le 21 mars, d’un centre de consultation qui accueille chaque jour une cinquantaine de personnes. Toujours sur la côte atlantique, les bénévoles de la SNSM de La Rochelle ont aménagé, avec les services de la mairie, un camping pour héberger les sans-abri et leurs animaux…

La coopération avec les services d’urgences ne se limite pas aux régions côtières

Quelle que soit la mission, ce qui fait la force des sauveteurs en mer, c’est leur réactivité. Formés au secourisme et aux situations d’urgence, ils doivent partir en mer dans le quart d’heure, dès qu’une alerte est lancée par les centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (Cross). C’est donc sans surprise qu’ils ont été sollicités pour des missions d’évacuation sanitaire par voie maritime : le 22 mars, quatre sauveteurs de l’île de Groix ont transporté avec leur vedette de sauvetage un patient suspecté d’être infecté par le coronavirus. Deux jours plus tard, les bénévoles de la station de Quiberon ont évacué, depuis Belle-Île, une femme victime d’insuffisance respiratoire, en collaboration avec les pompiers et le Samu.

La coopération avec les services d’urgences ne se limite pas aux régions côtières, puisque le Centre de formation et d’intervention (CFI) de la SNSM Paris s’est allié au Samu  75 pour mettre à disposition ses sauveteurs bénévoles. Thibault Querio est l’un d’entre eux. Il a participé à deux transports de patients atteints du Covid en TGV médicalisé de Paris vers Rennes pour désengorger les hôpitaux de la capitale. « C’était éprouvant. Arrivés à la gare Austerlitz dès 5 heures du matin, on est rentrés le soir, à 22 heures. Notre mission la plus délicate a été le brancardage des malades. On n’a pas l’habitude de voir autant de personnes en état critique d’un coup », se souvient le jeune professeur d’EPS, qui tient à souligner le bon accueil reçu. « L’équipe médicale nous a tout expliqué et nous témoigné sa reconnaissance. On a aussi pu échanger sur nos pratiques, c’était humainement très riche. » En attendant un éventuel autre convoyage, Thibault participe à des missions de régulation des appels, à l’organisation logistique des secours. Comme pour tous ses collègues de la SNSM, il voit son engagement comme « une évidence ». « C’est tout à fait normal de se mobiliser pour effectuer du soutien aux populations, puisque nos missions premières sont très fortement restreintes », confirme Arnaud Kurzenne, inspecteur des nageurs-sauveteurs. Mais le cadre pense aussi à l’après : « Le problème, c’est que nos formations et nos entraînements ont aussi été suspendus, ce qui risque de nous mettre en difficulté quand il faudra envoyer des jeunes surveiller les plages cet été… »

Eugénie Barbezat
×