TikTok ne compte pas moins de 800 millions d'usagers dans le monde, dont 40% ont moins de 19 ans. © Dado Ruvic :reuters
TikTok ne compte pas moins de 800 millions d'usagers dans le monde, dont 40% ont moins de 19 ans. © Dado Ruvic :reuters

Numérique. TikTok, l’appli chinoise ciblée par Trump

Mardi 22 Septembre 2020

Les États-Unis sont en passe de mettre la main sur l'application de partage vidéo, prise dans la rivalité entre Washington et Pékin.

Près d’un Américain sur trois a téléchargé TikTok, ce réseau social qui permet de poster de brefs clips vidéo, souvent musicaux ou humoristiques. Ce dimanche, sans un accord in extremis sur son rachat au moins partiel par des Américains, il aurait été banni des smartphones outre-Atlantique après trois mois de conflit. Reste à attendre l’aval de Pékin pour le finaliser. Car l’application est chinoise, développée par ByteDance. Et ce réseau social très prisé des adolescents – près de 40 % de ses 800 millions d’utilisateurs ont moins de 19 ans – est une victime collatérale de la guerre économique sino-étatsunienne.

Les agences états-uniennes auront droit de regard sur les données des utilisateurs.

Donald Trump avait fixé l’ultimatum au 20 septembre et exigeait de le valider personnellement au préalable. Une entité baptisée TikTok Global s’occupera des activités du réseau social à l’international, Chine exclue. Deux géants américains en détiendront 20 % : WalMart, comme partenaire commercial et Oracle. Cette dernière société, spécialisée dans les logiciels de base de données à destination des entreprises, aura le droit de mettre son nez dans le code de l’application pour vérifier qu’elle n’espionne pas les adolescents du monde entier au profit du gouvernement chinois. Ce sont en revanche les serveurs d’Oracle, soumise au Cloud Act, qui hébergeront ces données, laissant aux agences américaines un droit de regard dessus. En outre, avec ce nouvel étage actionnarial – des fonds américains détiennent déjà 40 % de la maison mère chinoise – TikTok Global sera à majorité étatsunienne, quand elle entrera au Nasdaq, ce qui est d’ores et déjà prévu.

Trump dame le pion aux Gafam

Trump est satisfait de cet accord. C’est une importante victoire politique, d’autant qu’il a réussi à arracher à TikTok la promesse de créer 25 000 emplois sur le territoire. Mais aussi car il a damé le pion aux Gafam sur cette affaire, Microsoft en tête qui avait fait une offre de rachat à TikTok. Oracle, si elle est implantée dans la baie de San Francisco, représente la vieille garde des entreprises du numérique. Son patron, Larry Ellison – 15e homme le plus riche du monde – est un septuagénaire de droite dure, qui organise, pour cette campagne encore, d’importantes levées de fonds pour Trump. En février, il organisait déjà dans l’une de ses demeures un événement où, en échange de 100 000 dollars au profit des républicains, on pouvait poser à côté de Donald Trump en tenue de golf. À l’inverse, les jeunes pousses de la Silicon Valley ont tendance à soutenir les plus libéraux des démocrates. Les patrons des start-up ont même déjà donné près de 20 millions d’euros au parti de Joe Biden et avaient participé aux primaires avec pour seul mot d’ordre : « Tout sauf Sanders ! »

×